La vie

Vous voici réunis au nom de Celui que mon cœur essaie de vous aider à connaître, à aimer, depuis longtemps. Vous êtes venus, chacun avec le désir plus ou moins conscient, plus ou moins net, de faire pour Lui un effort. Toutes vos puissances, tous vos instruments ont contribué à cet acte ; votre esprit a, je l'espère, vu s'écarter enfin le voile qui le séparait du centre ; il a tressailli d'allégresse sous un rayon rapide de la lumière incréée ; votre cœur, votre pauvre cœur humain si meurtri, en a reçu une image bien lointaine, mais réelle.

 
Il a réagi à son tour sur vos cellules cérébrales et le désir pur, la faim sublime de l'amour et de la science divine, ont fait naître en ces dernières, l'idée ; puis votre cerveau a mis en action votre corps et, parmi les innombrables cellules qui le composent, quelques-unes vont profiter de l'acte et vont aller en leur esprit grossir, augmenter la lente et surnaturelle formation de votre futur corps glorieux.
 

*

 
 

Vous voici réunis et les faibles créatures auxquelles vous venez de donner naissance (car vous vous souvenez ? tout acte est créateur) vont s'unir dans l'invisible de l'endroit où vous êtes et cela d'autant mieux que vous-mêmes serez unis, elles formeront bientôt un être unique qui sera l'ange de vos efforts.

 
 
 

Cet ange, il vivra tant que votre acte se perpétuera ; il mourra lorsque vous vous séparerez. Soignez-le donc bien cet enfant de votre élan mystérieux,... faites qu'il vive, et, bientôt, il vous aidera puissamment ; son aide sera d'autant plus pure que vos intentions seront plus pures, d'autant plus forte que vous mettrez de force et d'attention à vous instruire, d'autant plus vivante que vous saurez mettre d'intensité méthodique dans votre travail.

 

*

 
 

En vous quittant, je vous ai laissé à méditer cette idée : Tout votre effort doit tendre à devenir conscients de l'étincelle de la vie éternelle qui est en vous, puis de l'unir, par la prière et le travail à ce que votre cœur pourra comprendre de Dieu. Cet élan est, du reste général, universel. Les recherches du savant dans son laboratoire ; l'effort de l'artiste, de l'homme d'affaires, du matérialiste, ont le même but : découvrir les secrets de la vie, les interpréter, ou les faire servir à des réalisations matérielles, inférieures.

 
 
 

Tout dans la nature aspire à vivre, mais tous les êtres obéissent à cet appel sans avoir, auparavant recherché, en eux mêmes ce qu'ils peuvent découvrir de la vraie vie ; dès lors, elle ne se laisse pas deviner, et comme le sphinx, ses formes inférieures dévorent ceux qui n'ont pas compris.

 

*

 
 

Mais vous, vous avez regardé souvent et profondément en vous mêmes. Vous avez entendu en votre cœur d'étranges paroles - une flamme mystérieuse a commencé de le consumer en l'éclairant et vous avez ressenti un peu de vie véritable dans l'asile le plus secret de votre moi. Un nom a soudain tout illuminé en vous, une voix a retenti dans le silence disant « Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie ». Votre mental n'a pu comprendre la très merveilleuse parole, mais votre cœur, lui, a bondi. Ah ! Comme il s'est plongé avec ivresse dans l'eau vive enfin révélée !

 
 

Avec quelle joie indescriptible Celui qui attendait depuis toujours votre réveil vous a pris dans ses bras ! Comme il a murmuré à votre oreille de douces promesses ! Relisez-les, elles sont toutes écrites dans l’Evangile. Il vous les redira encore jusqu'à ce que vous sachiez bien sa leçon.

 
 

Ensuite, demandez-Lui ce que vous voudrez, et demandez-le en son nom. Il est la vie que vous cherchiez, n'allez pas plus loin, vous avez trouvé. Et ce qu'il vous dira au fond du cœur, redites-le tout haut.

 
 

Vivez en Lui, Il vivra en vous. Donnez-Lui votre volonté et Il voudra faire la vôtre. Une collaboration intime s'établira entre vous et Lui et vous vivrez enfin, vous qui étiez morts vous vivrez à jamais, car, en vous sera le principe de la Vie Eternelle.

En Chemin