Croire

 

Le but final de tout chrétien vrai est de devenir capable, par l'exercice et par la grâce, d'appeler Jésus en quelques secondes ; de Lui parler et, miracle sublime, d'en recevoir des réponses. Tel doit être votre désir ; vous n'êtes rien et Lui Il est tout. Il n'est pas que la vie manifestée. Il est la vie elle-même considérée dans son essence inconnaissable ; son cœur est la manifestation la plus tangible de sa vie.

*

D'un seul élan, mes amis, ce que vous avez perçu de la vie éternelle particularisée en vous, s'élance à la rencontre de ce qui est sa source, sa raison d'être, sa nourriture et son espoir. Unies, réunies, ces deux vies n'en font plus qu'une et c'est alors que deviennent possibles, faciles, les plus grands prodiges. Le miracle, n'est tel que pour nos yeux de chair.

Dans son plan, il est normal. Quand un peu de la vie humaine se substitue à la vie inférieure végétale, la plante croît et évolue mille fois plus vite. Lorsque la vie éternelle commence à se mêler à la vie dans notre âme, les conditions des mondes supérieurs se réalisent sur la terre et en nous. Et le secret de cela est dans la mystérieuse substance de la foi. C'est pourquoi Jésus disait : « Ne crains pas, crois seulement, tout est possible à celui qui croit. Celui qui croit en moi, fera aussi les oeuvres que je fais ».

*

Pour croire, il faut avoir confiance, pour avoir confiance, il faut aimer ; pour aimer, il faut connaître. Apprenez donc, mes amis, à d'abord connaître Jésus dans ses oeuvres innombrables. Puis habituez-vous à le voir, à le chercher partout. Dans le centre de l'être aimé, c'est Lui qui se tenait immobile ; dans la douceur dont vous sentiez votre cœur pénétré, c'était sa douceur qui agissait. Dans les larmes que vous versiez, c'était sa justice tempérée par sa miséricorde ; dans ce pauvre que vous assistez, c'est sa vie, en vérité qui circule ; dans l'angoisse sans cause qui vous brûle parfois, reconnaissez son appel incessant. Reconnaissez-le aussi dans vos joies.

Enfin partout, en toutes circonstances, dans tous les phénomènes de votre vie extérieure et intérieure, c'est Lui : Lui sans cesse, que vous devez trouver.

*

Que votre cœur reste toujours impavide, car ce qui en vous, aime, souffre, se souvient, c'est votre ami éternel qui lui donne vie. Ainsi, peu à peu, en dehors même de votre attention physique, vous vivrez silencieusement de la vie même de Jésus, dans chacun de vos actes, vous reconnaîtrez une action qu'il a autrefois bénie en l'accomplissant et en lui donnant votre journée et votre nuit, vous hâterez le moment où vous pourrez en une seconde Lui parler... où votre Seigneur vous répondra.

Alors, vous serez prêts, votre aide sera efficace, car ce sera l'aide même de votre Maître, votre conseil sera toujours juste, car il vous sera inspiré par le Ciel. L'amour naîtra en vous, brûlera tout le passé de ses flammes purificatrices et sans cesse renaissantes. Il sortira de votre cœur comme d'une source intarissable et plus vous le répandrez, plus il se renouvellera.

*

Soyez donc fidèles, à ce que vous avez compris de la vérité. Ne vous laissez pas aller. Veillez attentivement, relisez sans cesse votre Évangile. Réalisez tous les jours un peu de ce que vous aurez compris.

Ainsi luira bientôt ce jour béni que vous devez attendre avec patience, mais désirer sans cesse avec plus de force, d'ardeur et d'amour.

En Chemin.