L'unité

Mes chers Amis,

Je voudrais prendre comme sujet de ma première lettre cette parole dernière de l'Etre ineffable qui a bien voulu nous choisir parmi tant d'autres plus dignes, peut-être et nous élire, pour nous demander notre amour « Mon Père, faites qu'ils soient un comme nous sommes un. »
La prière de Jésus. — C'est l'inexprimable, l'incompréhensible pour notre raison... et malgré tout, elle établit le lien indispensable, elle trace le chemin direct, par où passera plus tard la faible irradiation de notre faible élan vers le Père.

 

*

Nous ne pouvons avoir la moindre idée de cette communion surnaturelle entre l'absolu manifesté physiquement et l'absolu non manifesté, mais les conséquence de cet acte par excellence, nous les pouvons deviner. Et d'abord, chacune des demandes de Jésus à Celui qu'il nomme Son Père, ne comprenons-nous pas qu'elle est déjà réalisée ? Qu’elle constitue un des côtés les plus perceptibles de l'incessante, de la complète action du Verbe, en Christ ? Cette prière est dès l'instant où elle est extériorisée, une créature — un ange du Ciel, dont les multiples composants vont agir dans les mille chemins que chacun d'entre nous devra suivre plus ou moins longtemps pour parvenir au but.

Et, depuis les cieux inaccessibles jusqu'aux plus obscures demeures, où s'agitent les infra-humains, chaque ange relié à son créateur central fera son mystérieux et bénéfique labeur. Ainsi l'impossible deviendra possible ; ainsi, l'unité se réalisera peu à peu en nous et autour de nous.


*

Il faut donc, si nous désirons aider Jésus dans sa tâche, il faut que cette force qu'on appelle le désir humble et fort, se développe en nous chaque jour et que nous fassions notre possible afin d'unifier d'abord nos facultés physiques et morales.

Pour cela, deux moyens : transmuer au surnaturel tous nos actes, mêmes les plus vulgaires ; toutes nos paroles, les moindres mouvements de notre inconscient, en vivant notre journée avec notre idéal et pour le service de Dieu ; puis nous plonger fréquemment par un élan intérieur dans l'abîme sans limites, dans les flots intarissables que constitue, en vérité, ce que nous autres faibles hommes nous nommons « volonté du Père ».


*

Dès lors, tout, dans notre vie journalière, étant tendu vers un but unique, un lien mystérieux très pur et très fort s'établira peu à peu et reliera l'une à l'autre, toutes nos puissances. Une unité surnaturelle, dont une des conséquences immédiate sera la paix du cœur, dominera non seulement notre corps et toutes nos forces, tous ses modes d'action ; mais encore tous ses véhicules fluidiques et à un moment, à une heure écrite dans le Ciel sur le Livre de Vie, notre personne (et vous savez que ce mot synthétise tout notre être), sera réellement une. Reflet de l'unité surnaturelle et incompréhensible existant entre le Père et le Fils ; obéissant aux mêmes lois, notre unité aura pour notre esprit, pour notre âme, pour nos corps des conséquences incalculables et dont quelques unes seules peuvent être révélées : paix du cœur, prière parfaite, union parfaite avec Dieu.

Et quand cette merveilleuse synthèse sera une chose accomplie, n'oublions pas qu'elle se fera automatiquement entre nous et les innombrables créatures qui marchent avec nous vers le Père, le Fils et l'Esprit.


*

Lorsque dans une réunion humaine, se trouve un homme, ayant commencé de réaliser cet immense et lointain idéal que je présente aujourd'hui à votre esprit, l'unité devient sinon facile du moins possible autour de lui.

Si donc nous voulons travailler dans cette direction, nous aurons fait un grand pas vers le vrai bonheur sur terre ; nous nous serons assuré une part de paix christique, nous aurons enfin attiré toutes les chances possibles de durée et d'union pour notre petit groupe. Mettons-nous donc à l' oeuvre, mes amis, et je suis persuadé que des résultats appréciables se feront rapidement sentir.


En chemin.