Paroles de Vie de Maître Philippe: la prière (3)

Avant propos : Le lecteur ne doit pas s'adonner à de faux espoirs. Une simple lecture ne suffit pas. Il faut entreprendre une étude. Et une fois acquis un aperçu de l'ensemble, il faut encore revenir à chaque enseignement en particulier, car ceux ci ne sont pas totalement dissociables les uns des autres et doivent être saisis chaque fois dans leur totale acception.

 

- On peut prier n’importe où, pourvu qu’on soit attentif. Combattre la distraction est difficile, il faut s’occuper tout le temps. Les paroles… deviennent un obstacle au moment où on aurait besoin de n’être pas distrait. (30 Avril 1903)

- L’attention grandira seulement si on corrige ses défauts : l’esprit va alors naturellement beaucoup plus loin dans la prière. (Sédir – Dimanche 10 Janvier 1904)

- Il faut prier pour être dans le chemin au calme, ne pas se faire de mauvais sang. (Sédir – séance avril 1902)

- Il est inutile d’avoir une heure fixe, mais s’enfermer midi, matin et soir. Que le corps, l’âme et l’esprit soient un, unis dans l’harmonie, en parfait accord selon la parole de l’Evangile, laquelle peut s’entendre également au sens littéral. Tenir vingt quatre heures s’il le faut pour atteindre cela. Les cellules de nos lèvres sont responsables. La prière est quelque chose de très grand. Quand on a promis à quelqu’un de prier pour  lui ; on est lié ; il faut le faire, prendre au besoin sur le sommeil. Inutile de prier pour les morts : nous ne savons pas où il sont. Il est permis de demander pour le matériel quand on a confiance. (Chapas – Avril 1902 et Septembre 1903)

- Malgré que vous soyez certain de l’inutilité de votre prière, priez quand même, et à haute voix, pas pour le résultat, mais pour vous-même et pour d’autres, invisibles à vous. (Sédir – 30 Avril 1903)