Réponse à Mr Gérard Demon, à propos d’un article sur le Maître Philippe de Lyon, publié dans la revue « l’Initiation Traditionnelle.

 

Suite à un article paru dans la revue « l’Initiation Traditionnelle » et concernant Maître Philippe de Lyon, des amis ont rédigé un texte, nous avons accepté qu’il soit publié sur ce site.

 

   Dans « l’Initiation Traditionnelle », revue fondée par Papus, qui fut l’un des disciples de Maître Philippe de Lyon, il est bon de le rappeler, est paru dans le n°1 de 2016, un article de Mr Gérard Demon.

Ce monsieur ne nous est pas inconnu, il intervient ailleurs sur le net, et ce pour parler beaucoup, peut-être beaucoup trop ? De Nizier Anthelme Philippe. Le problème de cet auteur, qui n’est pas d’ailleurs sans qualité, est qu’il est difficile pour nous de comprendre les motivations qui justifient ses interventions écrites. Se veut-il être un défenseur de Maître Philippe, ou au contraire son fossoyeur ? Et ce, sous couvert de fausses bonnes raisons en recherches historiques. A-t-il des comptes à régler avec certaines personnes qui travaillent sur le même sujet, et que visiblement il n’apprécie guère ? Des raisons plus personnelles  peut-être ?

Quoi qu’il en soit nous dénonçons la faiblesse majeure des écrits de Mr Gérard Demon, à savoir leur manque de méthode et d’éthique intellectuelle. Si l’on veut faire mieux que certains chercheurs que l’on critique, il faut en effet être sur ces deux points inattaquables.

 

Analysons rapidement son article.

Plusieurs fois Mr Demon écrit, après une anecdote concernant le Maître : quels sont les témoins ? Cet angle d’attaque est quelque peu pernicieux, il laisse supposer que, puisque nous ne connaissons pas le transmetteur de l’anecdote, ou de la parole, celle-ci est sans doute inexacte, d’autant plus si son contenu est quelque peu hors du commun : miracle, résurrection, paroles dépassant la compréhension commune.

Nous sommes, avec MonsieurPhilippe de Lyon, avant tout dans une tradition orale, celle-ci fut ensuite écrite, dans des délais plus au moins long. D’ailleurs, certaines anecdotes le concernant, sont toujours en 2016 dans le champ de la tradition orale. La tradition orale est une chose complexe, nous recommandons à Mr Demon de lire des ouvrages de spécialistes sur le sujet.

Dans le cas de Maître Philippe, le travail à faire serait d’identifier ces traditions, les cataloguer, les dater, puis donner les différentes versions d’une anecdote ou d’une parole, ainsi que les transmetteurs ; parce que ces anecdotes et paroles sont bien arrivées jusqu’à nous, non ? Et ce d’ailleurs en majorité par des hommes et femmes disciples du Maître. Il y aurait là un excellent travail à accomplir, pas très valorisant bien sûr, tant il vrai qu’il est plus facile d’ironiser et d’introduite une sorte de doute globale.

 

Pendant des décennies a été donnée comme date de décès de Josephte, l’une des sœurs du Maître, la date de 1855, c’était une erreur, dont d’ailleurs il serait intéressant de trouver les raisons. Nous voyons Mr Demon corriger l’orthographe de Loisieux, c’est une belle découverte, mais concernant le décès de Josephte, il ne se renseigne pas plus, il prend acte d’une contradiction, c’est tellement facile, puisque celle-ci lui permet indirectement de critiquer la personne, sans avoir le courage d’ailleurs de la nommer, qui a fait la découverte de cette autre date de décès. Mais Mr Demon a-t-il été vérifié dans les actes de décès de l’année 1874 si ce document n’existait pas ? Il est fort possible qu’il pourrait être surpris !

 

Concernant les « carnets de Victoire », ils existent, nous en possédons une photocopie, ce document est émouvant d’ailleurs, n’y lit-on pas, à la date du samedi 19 Février 1897 : « Papa aujourd’hui nous a expliqué ce qu’était Jésus-Christ.»

Bien sûr, il nous serait facile de diffuser ce document, nous ne le souhaitons pas. Mais ils nous semblent bien, que Mr Gil Alonso-Mier, qui a écrit l’ouvrage : « Enseignements oraux de M. Philippe de Lyon », en possède également un exemplaire, pourquoi donc a-t-il laissé s’exprimer dans les notes de ce livre des doutes sur l’existence de ces carnets, nous n’en savons rien.

 

Dans son texte, Mr Demon critique la véracité des communications spirites que Monsieur Philippe donnerait à notre époque. Comme la majorité des personnes intéressées par le Maître, nous n’y croyons pas non plus, mais ce sujet a-t-il la moindre place dans un article à caractère historique ? L’auteur semble vouloir glisser ici une sorte d’autojustification — si, comme moi, vous ne croyez pas à ces communications spirites, vous pouvez donc croire que sur les autres sujets que j’aborde, j’ai également raison — c’est un glissement de raisonnement un peu limite dans la méthode et dans l’intention.

 

Concernant la bilocation, phénomène mystique connu, et dont la science expliquera sans doute un jour son fonctionnement théorique, nous ne comprenons pas pourquoi Mr Demon souhaiterait de la part de l’Église Catholique une quelconque validation. Monsieur Philippe n’a jamais œuvré dans ce terrain-là, de plus, certaines paroles qu’il a tenues sur cette institution et ses ministres, lui donne peu de chances de se voir décerner par l’Église officielle Lyonnaise quelque satisfécit en bilocation !

 

Mr Demon ne paraît pas ouvert au surnaturel, sur ce point nous ne lui ferons pas la moindre critique. Heureusement néanmoins, que les chercheurs, historiens et exégètes, qui travaillent sur Jésus de Nazareth sont plus objectifs. La plupart ne croient pas non plus au surnaturel, mais au moins travaillent-ils avec une rigueur intellectuelle, qui, si elle ne leur permet pas de croire au fait surnaturel, les conduit à prendre acte qu’il y a existé des paroles, puis des écrits relatant ces faits, et que des hommes et des femmes y ont cru. Ils essayent alors de travailler sur cet ensemble de données en remontant aux origines de la tradition, comment celle-ci s’est constituée, ce qu’elle a pu déterminer comme point de vue sur l’Homme de Nazareth, puis comme dévotion et surtout, ils ne se moquent jamais de ceux qui pourraient y croire.

 

Pour finir, concernant les diverses inventions que Monsieur Philippe aurait mises au point, nous recommandons à Mr Demon de lire le dossier de police concernant le Maître, une lecture attentive lui permettrait sans doute d’être un peu moins péremptoire.

 

Nous ne souhaitons pas que notre historien en herbe cesse ses recherches, mais qu’il y mette davantage de méthode, de rigueur intellectuelle et éthique.

 

Bonne continuation à lui.

 

Les cadets