La tromperie des communications spirites avec Maître Philippe de Lyon

   Cet article n’a pas pour but de remettre en question le spiritisme, mais uniquement de dire en quoi, les communications spirites avec Maître Philippe, qui depuis quelques années apparaissent sur le net, sont des tromperies. En préambule à notre démonstration, il faut rappeler que Monsieur Philippe n’a jamais encouragé l’usage du spiritisme, et pour ceux qui l’interrogeait sur le sujet, il les a toujours mis en garde.

 

Nous avons lu sur plusieurs sites ces communications avec Maître Philippe, appelées aussi canalisation. La première chose qui choque, c’est la longueur effarante de celles-ci, Monsieur Philippe est victime d’une véritable logorrhée ― une diarrhée verbale irrépressible.  C’est si loin de ce qu’il était de son vivant, lui qui s’exprimait en des Paroles de Vie qui ne tenaient qu’en quelques lignes, parfois même en quelques mots, et le ton de ces messages, pédant, démonstratif, si loin également de ce qu’il était.

Pour ce qui est du fond de ces textes, nous avons la phraséologie habituelle de ces sortes de communications, avec l’utilisation des mots : conscience, vibration, attraction, fluide, action-réaction, supra-Conscience… nous montons d’un niveau avec les mots : L'action de la Lumière vibrale, chakra, le Christ dénommé lumière blanche, les lois de la matrice… le plus délirant ? L’expression : de la Porte postérieure du CHRIST (on pourrait en rire, mais c’est tellement accablant).

Jamais le Maitre ne s’est exprimé ainsi, et nous ne voyons pas pourquoi, maintenant qu’Il est mort, Il perdrait son style de langage au profit d’un vocabulaire très tendance, un brin ésotérique et New Age, et surtout si peu chrétien.

 

Mais l’argument le plus déterminant pour vous convaincre, si cela est encore nécessaire, de l’esprit de mensonge qui règne dans ces communications, le voici : Monsieur Philippe, qui de son vivant, n’a jamais encouragé ceux qui venaient le voir à la pratique du spiritisme, et qui dans ses séances en a énoncé les risques, l’utiliserait donc maintenant qu’il est mort pour entrer en contact avec nous ? Nous inclinant alors à porter un intérêt au spiritisme, à le pratiquer même, alors qu’il ne conseillait pas de le faire, on le voit bien, cela est un contre sens absolu.

Pour ceux qui connaissent quelque peu la vie du Maître, ils ont en mémoire plusieurs anecdotes des modes de manifestation qu’Il utilise quand Il a quelque chose à dire, ou à faire vivre à quelques personnes qu’Il a choisies. Et dans tous les cas, cela se fait dans la plus grande discrétion.

Réfléchissons à présent aux intentions qui motivent les personnes qui reçoivent ces canalisations.
Elles peuvent être nombreuses, celles-ci pouvant d’ailleurs se conjuguer. La personne recevant ces messages peut être malhonnête, mentir donc, et souhaiter par ce moyen se mettre en avant, se faire mousser spirituellement, et remplir à l’occasion sa bourse de monnaies, qui ne sont pas celles du Ciel, et qui deviennent dés lors pour elle, fort trébuchantes, à plus d’un titre d’ailleurs.

La volonté de mettre dans le manteau de la religion spirite un peu de la gloire de Monsieur Philippe, et donner ainsi l’impression que le Maître valide cette pratique spirituelle, puisqu’Il l’utilise pour entrer en contact avec nous.

Dans le cas ou la personne est sincère, elle peut être victime d’elle-même, d’une trop grande sensibilité, elle ressent peut-être le désir de certains participants présents d’être en relation avec Monsieur Philippe ? Dans les cas les plus graves, il peut s’agir d’une forme contemporaine d’hystérie religieuse, individuelle et/ou collective. Pour finir, la personne recevant ces communications peut être trompée. Jésus il y 2.OOO ans, et Monsieur Philippe il y 100 ans, nous ont assez prévenu des faux prophètes, et ceux-ci ne sont pas qu’ici, ils sont agissants sur d’autres plans également.

 

Tout cela traduit, nous semble t-il, le manque certain d’une qualité essentielle, qualité que l’on pense plutôt utile dans la vie prosaïque, mais qui l’est tout autant dans la vie spirituelle : le bon sens.