Paroles de Vie de Monsieur Chapas (1)

Avant propos : Le lecteur ne doit pas s'adonner à de faux espoirs. Une simple lecture ne suffit pas. Il faut entreprendre une étude. Et une fois acquis un aperçu de l'ensemble, il faut encore revenir à chaque enseignement en particulier, car ceux ci ne sont pas totalement dissociables les uns des autres et doivent être saisis chaque fois dans leur totale acception.

 

- Ne pas demander la guérison des malades parce que, pour pouvoir demander la guérison, il faudrait voir leur âme. Bien souvent après une guérison obtenue, le sujet fait plus de mal qu'avant. Il faut demander pour lui le courage et la résignation : il se peut alors que le Ciel accorde une légère amélioration et la réflexion. Le malade peut alors guérir peu à peu et s'améliorer. (Cahier de Mr Chapas)

- Lorsque les anges verront les priviléges accordés aux élus, ils demanderont eux aussi, à venir subir l'épreuve terrestre. (Cahier de Mr Chapas)

- Tout s'enchaîne dans la nature. Ainsi, dans l'existence des fourmis le travail est encouragé et récompensé, et la paresse punie par des rigueurs pouvant aller jusqu'à l'exclusion de la fourmilière. Si, pour les taquiner vous retardez le travail de quelques unes, vous pouvez être la cause d'une punition imméritée. il se peut alors qu'un de ces êtres plus puissants que l'homme vous contrarie dans votre travail. Inversement nous pouvons recevoir de l'aide si nous facilitons le travail des inférieurs. (Cahier de Mr Chapas)

- Les anges exterminateurs vont venir déverser des maladies contre lesquelles tous les vaccins sont impuissants. (?)

- Le médecin qui fait une opération commet un acte mauvais pour lui et pour le malade. Car l'opéré doit revenir pour retrouver ses membres. L'opération n'a jamais guéri personne. (Cahier de François Galland)

- Il faut appeler le médecin et le chirurgien quand cela est utile. L'organe ou les membres retranchés, les conserver dans l'alcool jusqu'à la mort du patient, et alors les placer avec sa dépouille dans la bière. (Note inédite du frère de Mme Chapas)

- Ne cherchez pas à savoir ce qu'est l'âme ; si l'on le savait, on ne voudrait pas vivre cinq minutes de plus. (Note inédite du frère de Mme Chapas)

- On n'a pas le droit de dire à une femme, je t'aime de tout mon coeur. Dieu seul peut remplir le coeur de l'homme. (Cahier de François Galland)